Visuel par défaut

Appui aux entreprises

Métiers d'art, présentation du secteur

QU’EST-CE QU’UN METIER D’ART ?

 « Relèvent des métiers d'art, […] les personnes physiques ainsi que les dirigeants sociaux des personnes morales qui exercent, à titre principal ou secondaire, une activité indépendante de production, de création, de transformation ou de reconstitution, de réparation et de restauration du patrimoine, caractérisée par la maîtrise de gestes et de techniques en vue du travail de la matière et nécessitant un apport artistique. »

Source : Article 22 de la loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises.

 

198 métiers et 83 spécialités (soit 281 activités)

recensés et fixés par arrêté en date du 24 décembre 2015

 

Source : Journal Officiel publié le 31 janvier 2016.

 

COMPRENDRE LES TITRES ET LABELS :

Le savoir-faire des métiers d’art est reconnu en France par plusieurs titres ou labels :

 

  • QUALITÉ ARTISAN D'ART :

Pour obtenir la qualité d'artisan d'art, 3 conditions doivent être réunies :

      1. Exercer un métier de la liste des métiers d'art;

      2. Être titulaire d’au moins un diplôme de niveau V (CAP) ou équivalent dans le métier d'art considéré ou justifier de trois années d'immatriculation au Répertoire des Métiers dans le métier en question ;

      3. En faire la demande expressément (nécessité d’une lettre de motivation).

 

  •           QUALITÉ MAITRE ARTISAN EN MÉTIER D'ART :

Cette qualité est attribuée dans l’un des 3 cas suivants :

   o   Être titulaire du Brevet de Maîtrise (BM) dans le métier exercé après 2 ans de pratique professionnelle ;

  o OU Être titulaire d'un diplôme au niveau de formation au moins équivalent au BM dans le métier exercé après 2 ans de pratique professionnelle. Il faut alors justifier auprès de la commission régionale de qualification, de connaissances en gestion et en psychopédagogie, équivalentes à celles des unités de valeurs correspondantes au BM ;

      o OU Être immatriculé au Répertoire des Métiers depuis au moins 10 ans. Il faut alors justifier auprès de la commission régionale de qualification,  d'un savoir-faire reconnu au titre de la promotion de l'artisanat (ex : participation à des manifestations collectives, travaux de recherches...) ou de participation à des actions de formation (ex : jury d’examen, accueil d’apprentis, enseignement technique).

 

  •            TITRE MEILLEUR OUVRIER DE FRANCE (MOF)

Ce concours conduit à l’attribution du diplôme d’État Un des Meilleurs Ouvriers de France, homologué au niveau III de la nomenclature interministérielle des niveaux de formation.

Organisé pour la première fois en 1925, le Concours Un des Meilleurs Ouvriers de France évalue la dextérité, les connaissances des techniques modernes et traditionnelles, le savoir-faire et la créativité des candidats dans plus de 200 métiers manuels.

Il est organisé périodiquement (tous les 3 à 4 ans) par le Comité d’organisation des expositions du travail (COET) qui délivre le diplôme, sous l’égide du Ministère de l’Éducation nationale.

Il est destiné aux professionnels confirmés. Les candidats aux épreuves de l’examen doivent avoir 23 ans minimum (Carte des épreuves : Répartition qualificatives et dates).

 

  •           LABEL ENTREPRISE DU PATRIMOINE VIVANT (EPV)

Les Entreprises du Patrimoine Vivant se caractérisent par :

          o La détention d'un patrimoine économique spécifique issu de l'expérience manufacturière ;

          o La mise en œuvre d'un savoir-faire rare reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité ;

          o L'attachement à un territoire.

Le label EPV est une marque de reconnaissance de l’État mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.

Outre la reconnaissance de leurs savoir-faire à l’échelle nationale et internationale, les EPV bénéficient de plusieurs avantages :

  • Des incitations fiscales : deux crédits d’impôts peuvent être sollicités : la majoration du crédit d’impôt Apprentissage porté à 2 200 € par apprenti, ainsi que le crédit d’impôt Métiers d’art égal à 15% de la somme des salaires et charges sociales afférents aux salariés directement affectés à la création d'ouvrages réalisés en un seul exemplaire ou en petite série.
  • Un appui au développement économique: présence collective sur des salons emblématiques, promotion du label à l’international en liaison avec la Direction Générale des Entreprises (DGE) et Business France, appuis individualisés en lien avec les organismes consulaires et professionnels ; de nombreuses actions collectives ou individuelles sont mises en place pour soutenir les entreprises labellisées dans leur développement.

·      

  •        TITRE MAITRE D’ART

Un Maître d'Art est un professionnel d'excellence qui maîtrise des techniques et des savoir-faire exceptionnels. Il est reconnu par ses pairs pour son expérience, son expertise et ses compétences pédagogiques. Il doit être capable de transmettre ses connaissances et son tour de main à un élève afin qu'il les perpétue.

La création du titre officiel de Maître d’Art a été inspirée par les « Trésors nationaux vivants » du Japon ; à leur exemple, les Maîtres d’Art transmettent leurs savoir-faire d'excellence. Ils se préoccupent de l'évolution de leurs métiers et font preuve d'innovations. Actuellement, la France compte 107 Maîtres d’Art, dont 78 en activité, nommés par le Ministre de la Culture et de la Communication.

Décerné à vie, le titre de Maître d'Art engage son détenteur dans la transmission de ses savoirs et savoir-faire à un élève de son choix au sein de son atelier. Une allocation, actuellement fixée à 16 mille euros par an, est attribuée pendant trois ans au Maître d'Art pour financer cette transmission.

CONTACT

Caroline Bouedec  
caroline.bouedec@crma-idf.fr
01 80 48 26 12

Florianne Normandin
florianne.normandin@crma-idf.fr
01 80 18 27 06