Visuel par défaut

Appui aux entreprises

Les Métiers d'Art en Île-de-France

UN RÉSEAU TERRITORIAL AU SERVICE DES ARTISANS D’ART

La Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat d’Île-de-France (CRMA IdF) assure auprès des instances économiques et politiques régionales la représentation et la défense des intérêts des quelque 6000 artisans d’art franciliens (20% du chiffre national).

La CRMA IdF engage des actions de promotion, de développement économique et de formation des entreprises en France et à l’international, en lien avec les partenaires publics et privés, en s’appuyant sur les compétences des 8 Chambres de Métiers et de l’Artisanat départementales.

 

LES ACTIONS ENGAGÉES :

 

Les CMA franciliennes accompagnent les artisans d’art dans le développement de leurs entreprises : de l’appui personnalisé, à l’offre en immobilier en passant par la formation.

Vous souhaitez :

  • Participer à des salons en Ile-de-France et ailleurs ?
  • Développer une clientèle internationale ?
  • Vendre dans une boutique éphémère ?
  • Trouver une solution immobilière ?
  • Être informé(e) par un conseiller de votre CMA départementale ?

Restez informés ici

Le savoir-faire des métiers d’art est reconnu en France par plusieurs titres ou labels :

LA QUALITÉ D’ARTISAN D'ART

Pour obtenir la qualité d'artisan d'art, trois conditions doivent être réunies :

  • Exercer un métier de la liste des 198 métiers et 83 spécialités fixée par l'arrêté du 24 décembre 2015 ;
  • Être titulaire d’au moins un diplôme de niveau V (CAP) ou équivalent dans le métier d'art considéré ou justifier de trois années d'immatriculation au Répertoire des Métiers dans le métier en question.

Si ces critères sont respectés, alors le chef d'entreprise artisanale  peut se prévaloir du titre d'artisan d'art.

 

LA QUALITÉ DE MAÎTRE ARTISAN EN MÉTIER D'ART

Elle est attribuée dans l’un des trois cas suivants:

  • Être titulaire du Brevet de Maîtrise (BM) dans le métier exercé après 2 ans de pratique professionnelle ;
  • Être titulaire d'un diplôme au niveau de formation au moins équivalent au Brevet de Maîtrise dans le métier exercé après 2 ans de pratique professionnelle. Il faut alors justifier auprès de la commission régionale de qualification, de connaissances en gestion et en psychopédagogie, équivalentes à celles des unités de valeurs correspondantes au brevet de maîtrise ;
  • Être immatriculé au Répertoire des Métiers depuis au moins 10 ans. Il faut alors justifier auprès de la commission régionale de qualification,  d'un savoir-faire reconnu au titre de la promotion de l'artisanat (ex : participation à des manifestations collectives, travaux de recherches...) ou de participation à des actions de formation (ex : jury d’examen, accueil d’apprentis, enseignement technique).

 

LE TITRE DE MAÎTRE D'ART

Un Maître d’Art est un professionnel d'excellence qui maîtrise des techniques et des savoir-faire exceptionnels. Il est reconnu par ses pairs pour son expérience, son expertise et ses compétences pédagogiques. Il doit être capable de transmettre ses connaissances et son tour de main à un élève afin qu'il les perpétue.

La création du titre officiel de Maître d’Art a été inspirée par les « Trésors nationaux vivants » du Japon ; à leur exemple, les Maîtres d’Art transmettent leurs savoir-faire d'excellence. Ils se préoccupent de l'évolution de leurs métiers et font preuve d'innovations. Actuellement, la France compte 107 Maîtres d’Art, dont 78 en activité, nommés par le Ministre de la Culture et de la Communication.

Décerné à vie, le titre de Maître d'art engage son détenteur dans la transmission de ses savoirs et savoir-faire à un élève de son choix au sein de son atelier. Une allocation, actuellement fixée à 16 000 euros par an, est attribuée pendant trois ans au Maître d'art pour financer cette transmission.

Plus d’infos : www.maitredart.fr

 

LE TITRE DE MEILLEUR OUVRIER DE FRANCE (MOF)

Ce concours conduit à l’attribution du diplôme d’État « Un des Meilleurs Ouvriers de France », homologué au niveau III de la nomenclature interministérielle des niveaux de formation.

Organisé pour la première fois en 1925, le Concours Un des Meilleurs Ouvriers de France évalue la dextérité, les connaissances des techniques modernes et traditionnelles, le savoir-faire et la créativité des candidats dans plus de 200 métiers manuels.

 Il est organisé périodiquement (tous les 3 à 4 ans) par le COET (Comité d’organisation des expositions du travail) qui délivre, sous l’égide du Ministère de l’Éducation nationale, le diplôme Un des Meilleurs Ouvriers de France à chaque promotion.

Il est destiné aux professionnels confirmés. Les candidats aux épreuves de l’examen doivent avoir 23 ans minimum.

Plus d’infos : www.meilleursouvriersdefrance.info

 

LE LABEL ENTREPRISE DU PATRIMOINE VIVANT (EPV)

Les Entreprises du Patrimoine Vivant se caractérisent par :

  • La détention d'un patrimoine économique spécifique issu de l'expérience manufacturière ;
  • La mise en œuvre d'un savoir-faire rare reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité ;
  • L'attachement à un territoire.

Le label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) est une marque de reconnaissance de l’État mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.

Outre la reconnaissance de leurs savoir-faire à l’échelle nationale et internationale, les Entreprises du Patrimoine Vivant bénéficient de plusieurs avantages :

  • Des incitations fiscales : deux crédits d’impôts peuvent être sollicités : la majoration du crédit d’impôt Apprentissage porté à 2 200 euros par apprenti, ainsi que le crédit d’impôt Métiers d’art égal à 15% de la somme des salaires et charges sociales afférents aux salariés directement affectés à la création d'ouvrages réalisés en un seul exemplaire ou en petite série.
  • Un appui au développement économique: présence collective sur des salons emblématiques, promotion du label à l’international en liaison avec la Direction Générale des Entreprises (DGE) et Business France, appuis individualisés en lien avec les organismes consulaires et professionnels ; de nombreuses actions collectives ou individuelles sont mises en place pour soutenir les entreprises labellisées dans leur développement.

 

Plus d’infos : www.patrimoine-vivant.com

 

Agissant sous l’autorité de tutelle du préfet de la Région Île-de-France et afin de mener à bien sa mission, la CRMA IdF s’est dotée d’une commission des métiers d’art, chargée des questions relatives à l’accompagnement des entreprises artisanales «métiers d’art» dans les différentes étapes de leur développement. A ce titre, elle discute, propose, approfondit un certain nombre d’actions :

  • Etablir un plan d’action régional de développement des métiers d’art avec les acteurs du territoire, véritable plan filière pour les métiers d’art et du luxe;
  • Développer les actions de développement à l’international des entreprises Métiers d’art ;
  • Favoriser la visibilité des métiers d’art dans tous les territoires d’Île-de-France (JEMA) et participer à des manifestations de renom en France et à l’étranger pour faire la promotion du secteur;
  • Sensibiliser les jeunes et le grand public pour trouver un métier et susciter des vocations;
  • Développer et pérenniser des partenariats avec tous les acteurs publics et privés de l’artisanat d’art en France et à l’étranger.
  • S’appuyer sur le réseau des 8 Chambres de Métiers franciliennes via les « référents Métiers d’art ».

Elle est composée de :

7 MEMBRES TITULAIRES :

  • Xavier DERAMAIX, Président de la Commission (CMA 91)
  • Marie-Laure VIDEIRA, Rapporteur de la Commission (CMA 92)
  • Christine SOBLER (CMA 75)
  • Meggie GARCELON (CMA 77)
  • Philippe GALIANA (CMA 78)
  • Rudy JEAN-JACQUES (CMA 93)
  • Serge VORMESE (CMA 94)
  • Catherine LEGRIS (CMA 95)

ET DES INSTITUTIONS DE PROMOTION DES METIERS D’ART PARTENAIRES :

Caroline BOUEDEC
caroline.bouedec@crma-idf.fr
01 80 48 26 12

Florianne NORMANDIN
florianne.normandin@crma-idf.com
01 80 18 27 06

Yasmina FONT-ALBA
yasmina.font-alba@crma-idf.fr
01 80 48 27 50