Visuel par défaut

Presse

Conseil de la formation



Cérémonie des voeux 2020

Retour

08 janvier 2020

 

La cérémonie des vœux de la Chambre Régionale de Métiers et de l'Artisanat d'Île-de-France s'est tenue le 7 janvier 2020. Elle a été l’occasion de mettre à l’honneur des apprentis méritants, des artisans ayant été accompagnés, formés par les 8 CMA franciliennes et avec le soutien de nos partenaires ! Retrouvez le discours du Président Munerot...

 

Madame, Monsieur,

Tout d’abord, je vous remercie d’être parmi nous pour assister aux vœux de la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat  d’Ile-de-France.

Que nos meilleurs vœux de bonheur et de joie vous accompagnent en cette année 2020. Nous voici réunis pour fêter ensemble cette nouvelle année et l’Artisanat.  Cette cérémonie, ce 7 janvier, n’est que l’une des nombreuses auxquelles nous allons tous participer ces prochains jours. Comme chaque année, je suis certain que dans chaque discours, l’année qui vient sera décrite comme pleine d’enjeux et inédite !

Mes collègues présidents et nos secrétaires généraux ne me démentiront pas si je ne déroge pas à la règle ! 2020 sera plus qu’une année majeure ce sera une année charnière ; j’aurais pu dire pivot mais c’est un mot à bannir en ce moment… et une année chargée ! Oui ! Les défis ne manqueront pas : des défis indépendants les uns des autres mais très liés dans les moyens de les régler. Un défi de conduite du changement face aux modifications de nos missions régaliennes ; un défi financier qui en découle et qui nous engage à rechercher d’autres ressources ; un défi d’organisation pour répondre à la création de la CMA d’ile de France et pour permettre de relever les deux défis précédents.

Ce qui ne changera pas en revanche c’est que la Chambre Régionale d’Île de France et les 8 Chambres de métiers et de l’artisanat départementales, forment un réseau d’élus et de  collaborateurs mobilisés et fiers d’être quotidiennement au service de l’artisanat ; fiers d’être au service de la 1ère entreprise de l’Ile de France. Si ce slogan a marqué les esprits nous devons aujourd’hui œuvrer davantage pour que les entreprises artisanales soient reconnues pleinement par les pouvoirs publics et nos partenaires élus locaux.

Les artisans représentent 220 000 entreprises en Ile-de-France, 10 % de la population active. L’artisanat ce sont 500 000 personnes en ile de France qui génèrent près de 50 milliards d’euros de valeur ajoutée, c’est considérable. Pourtant ils sont confrontés eux aussi à de nombreux défis pour se développer. La taille de ces entreprises à faible effectif les amène à être trop souvent « les oubliés » et les aides financières dont elles auraient besoin souvent assimilées à du « saupoudrage » sans impact sur l’économie et l’emploi ! A cela s’ajoutent ces dernières semaines l’impact des mouvements sociaux sur le chiffre d’affaires, les reports des cotisations sociales ou autres mesures superficielles ne suffiront pas à soutenir ces entreprises.

Je l’ai dit en introduction, comme beaucoup d’autres établissements publics de l’état, les chambres de métiers doivent continuer à relever en 2020 de nombreux défis. Nous avons l’obligation de nous rénover, de renouveler notre organisation et notre modèle économique. Jusqu’à présent les artisans venaient à nous, nous étions un « passage obligé ». Cela est moins le cas depuis quelques mois et cela sera encore moins le cas lors de la mise en place du guichet unique. Les équipes des CMA comme celle de la CRMA sont à pied d’œuvre en se formant aux techniques de vente pour répondre à ces nouvelles exigences tout en conservant notre ADN de service public.

Dès 2019 les Chambres de métiers ont lancé un nouveau dispositif de formation à destination des créateurs d’entreprises : le Parcours créateur. Ce dispositif modernise le Stage de Préparation à l’Installation (SPI) que le gouvernement a choisi de rendre facultatif. Les 12 modules de ce parcours apportent des réponses essentielles aux questions du créateur d’entreprise. Les premiers résultats de fréquentation confirment l’intérêt de cette formule à la carte, à nous de convaincre encore plus de futurs artisans et de prescripteurs de l’utilité de se former pour créer.

En 2020 nous allons créer une plateforme numérique où les artisans pourront réserver directement les prestations dont ils ont besoin et prendre rendez-vous avec un conseiller. 

2020 marquera également une nouvelle phase ambitieuse dans la construction d’un tronc commun d’offre de services au sein des CMA franciliennes. C’est pourquoi, dès cet automne 2019, nous avons lancé un programme inédit d’écoute des besoins et attentes des artisans…Accompagnement à la création d’entreprise, au numérique, dans l’accès aux marchés publics… sont autant de besoins partagés par les artisans sur l’ensemble de notre territoire.  Artisans qui ont fait part de leur attachement à une présence de proximité des services de leur CMA sur le territoire.

« Proximité », ce n’est pas un vain mot. Nous sommes tous ici attachés à la proximité. C’est un engagement au service de nos artisans que nous défendrons coute que coute. Notre réseau francilien est déjà très présent avec ses 22 sites et ses nombreuses permanences dans les collectivités. Nous travaillerons encore davantage en 2020 sur notre maillage territorial dans les bassins d’emploi.  Cette présence territoriale est d’autant plus importante qu’elle nous permet d’activer des liens avec les acteurs économiques et institutionnels avec lesquels nous partageons les mêmes objectifs de développement de l’artisanat et du commerce de proximité.

Développer l’artisanat dans les territoires passe avant tout par offrir la possibilité de trouver des locaux adaptés. Ceci nécessite un engagement politique des élus territoriaux que les CMA encouragent et accompagnent. Parmi toutes les actions pour l’immobilier artisanal, la création de l’hôtel artisanal par la CMA 75 avec l’aide de la ville de Paris est un bel exemple de ce que les CMA mettent en œuvre dans ce domaine. Les partenariats développés sont souvent l’occasion de toucher des artisans qui découvrent nos services et nos formations à l’image des parcours délocalisés « booste ta boite » organisés par la CMA91 avec certaines EPCI. Ces objectifs nécessitent de développer la coopération avec l’ensemble des acteurs publics et privés. C’est la volonté de l’Etat dans le cadre du Contrat d’objectifs et de performance (COP) qui sera signé par CMA France le 15 janvier prochain et dans sa déclinaison régionale à venir.

C’est aussi notre volonté. Nous menons déjà de nombreux projets avec des partenaires pour des actions plus efficaces et plus visibles. A ce titre, je salue Stéphane FRATACCI, Directeur général de la CCI Paris Ile-de-France, avec laquelle nous menons déjà de nombreuses actions communes. La loi Pacte et notre COP nous poussent à renforcer encore davantage ces partenariats. Nous poursuivrons en 2020 aux cotés de CCI IDF l’opération de la boutique connectée dont nous continuons ensemble à améliorer le concept. Une des exigences de ce COP est l’implication des CMA dans la promotion de l’artisanat et des métiers d’art.

Les CMA n’ont pas attendu un contrat de d’objectif et de performance et une convention d’objectif et de moyen régionale pour remplir leur mission au service des artisans et d’utiliser à bon escient les moyens financiers qui leur sont confiés. Nous sommes très impliqués pour que le public puisse découvrir les savoirs faire d’exception des artisans et artisans d’art grâce à des évènements nationaux comme Les Journées Européennes des Métiers d’Art (JEMA) mais aussi grâce à des initiatives locales performantes comme « artisan du tourisme » créé par la CMA92 avec l’aide du département des Hauts de Seine. Ces labels de « fabrication locale » sont des opérations que nous entendons développer.

Outre la valorisation des métiers les CMA ont à cœur d’être également des apporteurs d’affaires pour les artisans en développant des actions qui leur permettent de développer leur clientèle et leur chiffre d’affaires. Cela consiste notamment à organiser des actions collectives sur des salons étrangers : Dresde, Québec, Montréal, Tokyo, New-York, Pays du Golfe qui ont en 2019, encore une fois, confirmé leur pertinence. Toutes les CMA organisent des salons métiers d’art qui sont des évènements sur les territoires constituant - au-delà de la mise en valeur- des véritables leviers économiques.

C’est ce qu’est également le Carrousel des Métiers d’art et de création. La 11ème édition de ce salon aura lieu du 3  au 6  décembre prochain. Elle permettra à plus 300 exposants issus de tous les territoires franciliens d’être mis en valeur auprès de 30 000 visiteurs et clients. J’adresse un grand merci à tous les partenaires qui soutiennent cet événement et qui sont présents à nos côtés ce soir. Outre ces salons, le développement des boutiques éphémères comme celles créées par la CMA 95 sont également des moyens mis à disposition des artisans pour trouver leur clientèle. Ces bonnes pratiques contribuent à la dynamique de nos entreprises, ce sont des réussites départementales qui pourront, je l’espère, se développer encore davantage dans cette année 2020. Nous devons aussi encourager les entreprises à relever les nouveaux défis que ce soit dans la transition écologique et la transition numérique. En 2019, pour répondre encore mieux aux besoins des artisans et créateurs d’entreprises franciliens, nous avons lancé de nouvelles prestations sur l’ensemble du territoire francilien :

  • l’annuaire répar’acteurs,
  • l’autodiagnostic et le Plan d’actions numériques notamment ainsi que des initiatives locales comme le forum numérique créé par la CMA 78.

Notre rôle de CMA est aussi de rompre l’isolement des artisans et de favoriser les mises en réseau. Les CMA de Seine Saint Denis, du Val de Marne et du Val d’Oise notamment ont des clubs d’entreprises qui attirent régulièrement de nombreux artisans qui apprécient se retrouver et échanger sur des sujets qui les intéressent. Sur ces sujets nous devrons nous appuyer sur ces expériences et réussites, les meilleurs de chaque territoire pour offrir des services adaptés aux besoins des artisans.

Parmi les défis de 2020, le plus important pour nous est sans doute celui de la formation. La formation est inscrite dans l’ADN des artisans comme dans celui des CMA. Notre réseau s’investit pleinement dans le développement de l’apprentissage et de la formation tout au long de la vie pour répondre aux besoins en compétences de toutes les entreprises. Dans un contexte de véritable bouleversement de la mission de formation et de son financement, l’ouverture de ce marché à la libre concurrence engage nos structures à de profonds changements.

Ensemble, nous relèverons tous les défis qui se présenteront avec, toujours à cœur, un objectif de rendre un service de qualité pour chaque apprenant et pour toutes nos entreprises.

Plus que jamais cette année, il nous faut conforter nos partenariats, développer de nouvelles actions communes, et être encore plus innovants dans le développement de nos formations. Avec détermination et engagement, les Chambres  de métiers et de l’artisanat franciliennes vont poursuivre et intensifier leurs actions :

  • Pour faire découvrir les métiers de l’artisanat, accueillir et développer les talents en utilisant des dispositifs comme le parcours d’orientation dans les CFA développé par la CMA 77 en partenariat avec l’Onisep.
  • Pour accompagner tous les publics vers l’acquisition des compétences en offrant des parcours individualisés sur mesure ;
  • Pour renforcer la notoriété de leurs centres de formation, la qualité des enseignements et leur expertise des métiers grâce à des idées comme les vidéos créées par le CFA de la CMA 94, les apprentis « super héros » du quotidien.

Voilà des défis qui s’offrent à nous pour assurer la relève dans nos entreprises avec ce qui sera le 1er CFA dans les murs d’Ile de France au 1er janvier 2021. Réussir ces challenges constitue le fondement de l’organisation du nouvel établissement public que nous construisons ensemble !  La mise en place de la CMA d’Ile-de-France entraine en effet, des changements importants, en premier lieu pour les collaborateurs des 9 établissements qui travailleront dans une organisation nécessairement transformée.

Les Présidents et les Secrétaires généraux veilleront à accompagner cette transition par une action collective ambitieuse. Au niveau national, la volonté de l’Etat est d’attribuer aux têtes de réseaux l’élaboration des projets à mettre en œuvre sur les territoires. Au contraire notre projet pour la CMA IDF est d’utiliser toutes les compétences des secrétaires généraux, directeurs, responsables et de l’ensemble des collaborateurs au service d’une organisation qui se nourrira de leur expertise de terrain et des réels besoins des entreprises pour offrir le meilleur service aux artisans. C’est dans ce contexte et avec cet objectif que Madame Alix Torres prendra prochainement ses fonctions de Secrétaire Générale de notre chambre régionale. Je la remercie pour sa présence à nos côtés ce soir et aux côtés de nos Secrétaires généraux et d’Evelyne Cazautets qui assure avec engagement l’intérim avant son arrivée.

Pour conclure et d’une manière plus générale, je dirais que ce qui détermine la qualité des services que nous offrons aux artisans, c’est notre capacité à travailler ensemble, avec vous tous réunis ici ! Car c’est en agissant unis avec vous au quotidien, en mutualisant nos pratiques, que l’artisanat, 1ère entreprise d’Ile-de-France se développera, créera des emplois, des richesses et participera au lien social indispensable à notre économie francilienne.

 

Je vous remercie de votre attention.